VI - PARAMETRES DE FONCTIONNEMENT

1) La nature du lubrifiant a été choisie une fois pour toutes, c'est sauf cas très exceptionnels le lubrifiant spécial du paragraphe IV - D).

2) La quantité de lubrifiant par éjection peut être réglée de 15 à 75 mg, elle a été choisie de 40 mg afin d'aligner cette valeur avec les possibilités des distributeurs de la première génération.

On envisage d'augmenter cette quantité sur les locomotives dédiées au trafic fret, et qui nécessitent systématiquement un graissage plus abondant.

3) Il reste donc à déterminer la cadence des impulsions de la commande. Théoriquement le mieux serait de déterminer cette cadence à l'entrée de chaque section de ligne homogène. En pratique cela n'est pas possible, économiquement du moins.

On a donc choisi un réglage minimal, et dans des cas particuliers (séries d'engins parcourant un itinéraire particulièrement sinueux, ce réglage peut être augmenté (sur avis du Trinôme Régional Graissage).

4) Comment juger si le réglage est correct?

La limite basse de la fourchette est donnée par l'état de la voie. Comme indiqué au paragraphe précédent, c'est le maintien d'un régime établi qu'il faut constater (voie correctement graissée après un délai d'au moins plusieurs jours à plusieurs semaines après la mise en service de tous les engins du parc concerné).

Le haut de la fourchette est donné par la pollution des dessous de caisses.

L'excès de graissage de la voie n'est pas à craindre avec le graisseur de boudins par son principe même puisque le graissage du rail n'a lieu que lorsque le boudin touche le rail, et que l'excès d'huile s'élimine par centrifugation.

L'intérêt de la commande à intervalle de temps à deux vitesses est d'ajuster au moins partiellement le débit réel du graisseur aux besoins de la ligne, la vitesse de circulation étant elle-même partiellement liée à sa sinuosité.



Retour